Le Magazine des passionnés de Voitures et de Motos
Le Magazine des passionnés de Voitures et de Motos

Rouler sans permis, c'est possible

Traditionnellement utilisée par les retraités en campagne, la voiturette gagne peu à peu la clientèle jeune et urbaine. Depuis novembre 2014, la voiture sans permis est accessible aux plus de 14 ans. Jusqu’en 2000, la quasi-totalité des conducteurs de voiturettes était des retraités, bien heureux de pouvoir se déplacer en milieu rural. Mais depuis cette date, le « pot de yaourt » de la route fait peau neuve pour séduire une clientèle plus jeune. Et la France est en tête du marché avec plus de 11 000 modèles neufs vendus chaque année.

Rouler sans permis, c ‘est possible

La voiture sans permis, une alternative aux deux roues pour les jeunes

Depuis novembre 2014, la conduite des quadricycles légers à moteur est autorisée en France dès l’âge de 14 ans, comme l’autorise également la législation européenne. Pour les personnes nées avant 1988, aucune formalité n’est exigée. Par contre, les conducteurs nés après cette date doivent obtenir le permis AM, c’est-à-dire le brevet de sécurité routière, généralement passé au collège, complété par 7 heures de formations pratiques, sans examen, en centre agréé.

Les quadricycles légers à moteur sont des petites voitures deux places dont la vitesse est inférieure à 45 km/h. Leur poids à vide ne doit pas dépasser 350 kg. Et elles sont interdites sur les autoroutes et les voies express. Ces voitures sans permis, munies d’une carrosserie comme les « vraies », constituent une alternative aux deux roues souvent jugés dangereux.

Une solution d’avenir en ville

La limitation de vitesse n’est pas vraiment un problème, surtout en ville. Entre les embouteillages et les contrôles radars de plus en plus tatillons, la vitesse moyenne ne dépasse pas 20 km/h en Île-de-France (75,94…), par exemple, et les voitures sans permis devraient s’y frayer une place de choix avec leur consommation réduite et leur faible encombrement.

Avec l’augmentation de la production, le prix de vente encore élevé (entre 8 000 € et 15 000 €) de ces véhicules devrait baisser. Le marché de l’occasion, en plein développement, offre déjà de bonnes affaires à moitié prix. Conçues pour de petits trajets, ces voitures sans permis en version électrique constituent une excellente solution en déplacement urbain ou périurbain (94, 78…) et commencent à être proposées par les projets d’autopartage.

Mis à jour le 19/08/2018