Faut-il craquer pour un scooter électrique ?

A une époque où se déplacer en ville est de plus en plus compliqué, l’intérêt de se déplacer en deux roues est plus évident que jamais. En la matière, le scooter particulièrement ne manque pas d’atouts. Et quand les préoccupations écologiques et financières s’en mêlent, l’idée d’investir dans un scooter de type électrique devient particulièrement pertinente. Tour d’horizon d’un véhicule bien de son temps, de ses spécificités, de ses forces, et de ses faiblesses.

Faut-il craquer pour un scooter électrique ?

Caractéristiques du scooter électrique

Ce qui distingue le scooter électrique du scooter thermique, c’est qu’il est pourvu d’une batterie électrique qui stocke l’énergie et le restitue au véhicule lors de la conduite. Il ne fonctionne donc pas avec un carburant comme un scooter classique.
Diverses technologies existent en la matière, mais les points de divergence entre deux modèles électriques vont surtout porter sur le temps de charge et l’autonomie. En ce qui concerne la puissance, globalement, les véhicules électriques tendent à rejoindre tout doucement les modèles thermiques.

Scooter électriques : les avantages

Premier intérêt : financier. Un véhicule électrique est beaucoup plus économique qu’un modèle thermique puisqu’il ne requiert pas l’achat de carburant. L’économie est d’autant plus importante que ces appareils sont conçus pour ne puiser dans les réserves qu’en cas d’accélération. Cet atout en rejoint un autre, plus d’ordre pratique lui : une simple prise 230V européenne suffit à recharger son engin, ce qui lui assure une autonomie d’une cinquantaine de kilomètres en moyenne. Enfin, l’intérêt écologique, non négligeable : sans carburant, pas d’émission de gaz à effet de serre. À relativiser tout de même car la production de batteries électriques n’est pas sans conséquence sur l’environnement. Et sans moteur thermique, pas de scooter qui pétarade, pour le bien des oreilles de tous (mais ce qui peut constituer un danger aussi).

Faut-il craquer pour un scooter électrique ? #2

Quelques inconvénients

Si l’autonomie d’un modèle électrique est honorable et suffisante pour bon nombre de citadins, elle reste loin de celle offerte par un scooter thermique. À chacun d’envisager la chose selon ses besoins. Autre désavantage : la puissance. Le fossé n’est pas énorme, mais il reste en faveur du modèle fonctionnant au carburant. Enfin, le prix : en moyenne, pour s’offrir un scooter électrique, il faut compter le double de qu’on aurait déboursé pour une machine thermique. Un investissement à mettre en perspective avec les économies de carburant réalisées en passant au tout électrique.

Quelques modèles et fourchette de prix

Légende du scooter, la Vespa possède sa version électrique. Évidemment, ce nom de prestige a un coût : près de 6 000 euros pour acquérir un tel engin. Vous pouvez en trouver facilement en ligne sur des sites spécialisés comme 2TwentyScooters :

  • Pour la sécurité : le Doohan iTank 45. Ses trois roues lui confèrent une grande stabilité. Environ 3 000 euros
  • Économique et garantissant une autonomie honorable pour son prix, le Niu est accessible pour 2 000 euros
  • Équilibré et satisfaisant sur tous les points, le scooter LVE S5 : autour de 3 000 euros

De manière générale, le prix d’un scooter électrique démarre autour de 1 500 euros et peut grimper jusqu’à plus de 6 000 euros pour les modèles haut de gamme.

Spécificités législatives

La réglementation encadrant les deux roues thermiques est peu ou prou la même pour les engins électriques. La distinction porte sur la puissance, rapportée à leurs modes de propulsion respectifs. Ainsi, un scooter de moins de 4 000 Watts de puissance est traité juridiquement comme une 50 cm3, et un véhicule de plus de 4 000 Watts est l’équivalent d’une 125 cm3 dans le monde thermique.

lve s5

scooter lve s5

lve s5

scooter lve s5

Mis à jour le 14/03/2019