Comment rouler au biocarburant ?

Publié le 19/02/2021 par Sylvain

Considéré comme une alternative économique, mais surtout écologique, le superéthanol est disponible auprès de 1700 stations en France. Encore faut-il disposer de véhicules polycarburants qui roulent indifféremment à l'essence et au superéthanol. Fort heureusement, il existe des kits de conversion au bioéthanol, respectant des normes strictes. Découvrez le processus ainsi que les conditions d'installation des dispositifs de conversion à l'E85.

  • Biocarburants : une fausse solution: Une fausse solution
  • Biocarburants

Ce qu'il faut savoir sur le superéthanol E85

Le carburant dénommé E85 contient 85% d'éthanol et 15% d'essence. L'essence se révèle indispensable pour assurer le fonctionnement à froid du moteur. Pour profiter des réductions à la pompe, choisissez un boîtier bioéthanol homologué par les autorités françaises. Le kit de conversion est compatible au biocarburant qui résulte de la combinaison de végétaux à forte teneur en saccharose. Il s'agit notamment de blé, de betterave, de canne à sucre (Chine et Brésil), de pailles de colza (USA), de copeaux de bois (Suède) ou encore de maïs. Le recours à un agrocarburant réduit drastiquement l'impact environnemental engendré par l'utilisation des énergies fossiles.

Comment rouler au biocarburant ?

Le processus de conversion à l'E85

La conversion à l'E85 nécessite l'installation d'un boîtier spécifique. Son rôle étant de tromper le calculateur d'injection en vue d'allonger les temps d'injection. Le dispositif se base sur les informations provenant de la sonde lambda dont la fonction est de mesurer le taux d'oxygène contenu dans les gaz d'échappement.

Il faut savoir qu'un litre de bioéthanol contient moins d'énergie que le sans-plomb. Il convient donc d'injecter 15 voire 20% de superéthanol de plus que d'essence. Comme le kit de conversion n'engendre aucune modification sur les courbes d'avance à l'allumage, l'utilisateur peut aisément optimiser la combustion ainsi que le rendement. Il suffit de maintenir un taux d'octane légèrement plus élevé pour l'éthanol que pour l'essence. En revanche, cette initiative n'est pas sans danger pour le moteur.

Le prix des kits de conversion à l'E85 varie en fonction des catégories et des fabricants de boîtiers. En général, le coût inclut le dispositif, son installation par un professionnel habilité, le processus d'homologation ainsi que la garantie qui couvre les pièces qui entrent en contact avec le carburant. Le processus d'homologation vise à officialiser l'installation du boîtier auprès de l'assureur et des contrôleurs techniques. La conversion à l'E85 implique également des modifications sur la carte grise. Ainsi, le type de carburant (case P3) sur le certificat d'immatriculation passe de ES (Essence) à FE (Superéthanol et essence). La démarche est réalisable en ligne via le site de l'ANTS, sur la rubrique « Faire une autre demande concernant un véhicule ».

La conversion au bioéthanol E85 : les avantages

Le basculement à l'E85 présente forcément de nombreux avantages techniques, économiques et écologiques. L'installation d'un kit de conversion se révèle assez simple. Aucun entretien spécifique n'est requis. D'un point de vue économique, la conversion à l'E85 permet de bénéficier d'un abattement de 40% sur les émissions de CO2. Comptez aussi sur un prix à la pompe 50% moins cher. La conversion à l'E85 occasionne des retombées écologiques qui se traduisent par une baisse des émissions de CO2. En outre, le coût du boîtier pourrait être amorti au bout de 2 ans, à condition de rouler 13 000 km/an.

L'aide à la conversion au bioéthanol des véhicules roulant à l'essence

La hausse des prix des carburants constitue un frein à la formation et à l'emploi. Conscients de cette réalité économique et sociale, de nombreuses autorités régionales encouragent les habitants à réduire les coûts de leurs déplacements en basculant vers un carburant moins onéreux et peu polluant : le bioéthanol. C'est le cas notamment de la Région Hauts-de-France qui, depuis le 1er janvier 2019, accompagne ses habitants dans la conversion de leur véhicule à essence.

L'objectif premier étant d'améliorer le pouvoir d'achat des ménages et donc de réduire la pollution de l'air. Une aide est ainsi octroyée aux résidents en région Hauts-de-France et dont les véhicules ont été convertis à l'E85 par des installateurs habilités. Cette aide se décline sous la forme d'une subvention de 40% du prix TTC de conversion du véhicule, avec un plafond de 400 euros.

Les conditions d'homologation E85

L'homologation d'un boîtier éthanol implique des conditions précises et strictes. Ces dernières doivent ainsi être prises en compte pour pouvoir rouler légalement au biocarburant. Les mesures nécessitent quelques modifications sur la carte grise. Sachez déjà que les véhicules éligibles doivent être inclus dans la catégorie des voitures particulières. Une plaque d'immatriculation française est notamment de rigueur.

Les critères d'éligibilité du moteur

Pour pouvoir être homologué, le moteur du véhicule doit être compatible au sans plomb 95 E10. Autrement dit, les voitures 100% thermiques ou les hybrides sont concernés. Dans un second temps, le moteur ne doit pas intégrer de filtre à particules. Reste à savoir si l'obligation (valable jusqu'en 2020) de disposer d'un moteur à la norme Euro 3 et d'une puissance fiscale de moins de 14CV est encore de rigueur.

Comment rouler au biocarburant ? #2

Les critères d'éligibilité du boîtier

Pour pouvoir être homologué, le boîtier ne doit pas gérer différentes familles de moteurs. Autrement dit, chaque famille de moteur doit avoir un boîtier dédié. De plus, ce dernier ne doit pas engendrer des modifications sur la cartographie du calculateur moteur d'origine. De même, le boîtier doit se limiter à la modification de l'avance à l'allumage et du temps d'injection. Attention, aucun rayonnement électromagnétique ne doit perturber les éléments électroniques ou électriques qui composent le moteur qui reçoit la greffe.

Les critères d'éligibilité de l'installateur

Le processus d'homologation prend également compte de l'habilitation de l'installateur du boîtier. Ce professionnel doit avoir été habilité par le fabricant. Il faut d'ailleurs savoir qu'une habilitation doit être renouvelée tous les 3 ans.

Les modalités suivant la pose du boîtier

Quelques modalités s'appliquent aussi après la pose du boîtier. L'homologation ne peut se faire sans l'attestation d'installation remise par l'installateur au fabricant. Ce document mentionne, entre autres, les critères dictés par le texte de loi officiel. Il incombe ensuite au fabricant de renvoyer un certificat de conformité assorti d'un procès-verbal d'agrément. L'étape suivante consiste à ajouter la plaque de transformation. Cette dernière devra être fixée à proximité de la plaque du constructeur. S'en suit la modification de la carte grise.

  • Les Biocarburants: Idées reçues sur les biocarburants
  • Quel avenir pour les biocarburants aéronautiques ?

Mis à jour le 21/03/2021