Analyse sectorielle : l’industrie automobile française

361 000 véhicules : des défauts au niveau des rotules, des tuyaux de carburants et des ceintures de sécurité

361 000 véhicules rappelés pour Toyota qui a déjà procédé à de nombreux rappels cette année. Cela va-t-il affecter son image ?
Dacodoc propose d’étudier le sujet en détail et met en ligne une analyse sectorielle : l’industrie automobile française.

Analyse sectorielle : l’industrie automobile française

C’est un coup dur pour la firme japonaise, Toyata vient d’annoncer hier le rappel d’un total de 361 000 véhicules pour des défauts au niveau des rotules, des tuyaux de carburants et des ceintures de sécurité. Ces trois défauts concernent des modèles de voitures particuliers : des berlines Camry (au nombre de 170 000 dont 120 000 en Europe), des Hiace, Regius Ace et Dyna (105 800) et des Crown et Crown Majesta (86 000) respectivement.

Le dernier rappel du constructeur automobile japonais date d’octobre dernier 1,75 million de véhicules avaient alors été rappelés pour des problèmes au niveau du système de freinage et de la re d’injection d’essence sur les voitures Toyota et Lexus.

Aucun accident n’a été reporté à ce jour, on ne peut dire de même pour l’image de la marque qui risque d’en pâtir. Il s’agit en effet d’un épisode de plus dans une série de rappels cette année. En septembre, près de 690 000 véhicules Tacoma ont été rappelés pour un défaut de suspension. En juin, 2,27 millions de voitures étaient concernées par un défaut au niveau des airbags. En avril et mai, 6,39 millions et 520 000 voitures souffraient de plusieurs problèmes techniques liés aux airbags, aux démarreurs, etc. (Le Monde, Les Échos, Challenges, Observatoire du véhicule d’entreprise)

Une analyse sectorielle sur Dacodoc : l’industrie automobile française

Le site Dacodoc s’intéresse de plus près à ce secteur – qui a compté 2 155 000 immatriculations en France en 2013 – et met à disposition une analyse sectorielle : l’industrie automobile française (perspectives du marché, financement de l’automobile et structure de la concurrence).

Mis à jour le 26/09/2018