Quels équipements obligatoires pour les motards ?

Arpenter les routes sur un deux roues motorisé expose le conducteur à des dangers sans précédents, occasionnant des blessures irréversibles voire mortelles. Afin de se protéger, voyons les équipements pour assurer la sécurité des motards.

Port du casque

Le casque est l’élément essentiel et prioritaire pour les motards. Il évite les traumatismes crâniens, les hémorragies internes et les fractures diverses souvent fatales. Depuis le 1er juillet 1973, le port du casque homologué est obligatoire, au risque d’encourir un retrait de 3 points sur le permis de conduire ainsi qu’une amende forfaitaire de 135 euros et pouvant aller jusqu’à 750 euros.

Port des gants

À l’instar du casque, le port de gants a été décrété obligatoire depuis le 20 novembre 2016, avec une homologation CE conforme, au risque d’avoir une amende de 68 euros. Très souvent oubliés, les gants sont pourtant indispensables pour protéger l’intégralité des mains, très touchées lors des accidents pour amortir les chutes par réflexe. Les mains sont des outils corporels indispensables qu’il faut préserver à tout prix.

Port du pantalon et du blouson

Depuis le 1er janvier 2018, un équipement complet est requis pour conduire une moto. Cela s’inscrit dans le cadre d’une sensibilisation toujours plus importante. À partir d’une cylindrée de 50 cm³, le pantalon et le blouson rejoignent les gants et le casque pour former l’intégralité de l’équipement EPI moto homologué CE. La vitesse et l’adrénaline sont privilégiées au détriment de brûlures et fractures ouvertes graves, que le pantalon et le blouson permettent souvent d’éviter avec succès.

Détention et port du gilet jaune

Le port constant du gilet jaune n’est pas obligatoire, mais sa détention l’est, depuis janvier 2016. Son utilisation est réservée aux arrêts d’urgence en bord de route en cas de problèmes techniques, ainsi qu’aux déplacements nocturnes où la visibilité laisse à désirer, notamment sur les routes de campagne. Ce dernier doit être facilement accessible. L’absence de détention d’un gilet jaune en cas de contrôle routinier est passible de 11 euros d’amende, et son non-port en cas d’arrêt d’urgence fera encourir à l’usager une amende de 135 euros. Le gilet jaune doit être considéré comme un équipement de protection ostentatoire qui protège son utilisateur mais également les autres conducteurs.

Alors que 3/4 des victimes de la route sont des utilisateurs de deux roues motorisés, la question de la sécurité ; excessive pour certains ; juste pour d’autres ; garde un caractère pragmatique indéniable. Protégez-vous !

Mis à jour le 03/12/2018