Le déroulement du Permis A2

Tout d’abord les dimensions du plateau restent identiques (130 x 6 mètres), elles sont les mêmes que l’ancien permis a2. Si vous n’avez pas lu l’article précédent sur le permis A2, je vous invite à le consulter : Passer le permis A2.

Dans ce permis est inclus cinq épreuves : 4 pratiques et une orale.

Le permis moto 2013 se compose désormais de 4 épreuves pratiques (droite ou gauche) et une interrogation orale soit au total 5 épreuves.

1ère épreuve : Déplacement sans l’aide du moteur

Déplacement sans l’aide du moteur :

Cette épreuve s’est largement simplifiée depuis l’ancien permis. Elle consiste à réaliser un virage et à passer à travers une porte en poussant le deux-roues, puis à effectuer la même manœuvre en marche arrière. Une manœuvre de repositionnement est tolérée en arrière.
Cette épreuve sans moteur n’est pas éliminatoire et vous n’avez le droit qu’a un essai. Elle est largement simplifiée par rapport à celle de 2012 où il fallait par exemple faire un slalom et demi-tour.

2eme épreuve : Orale

Cette épreuve sert à voir si les candidats sont aptes à vérifier les principaux éléments de sécurité.

  • Les commandes (direction, commande de frein, d’embrayage ….)
  • Les éléments techniques (huile moteur, tension de chaîne, suspensions…)
  • l’éclairage et les accessoires de sécurité (éclairage avant, clignotants, rétroviseurs…)

Pour en savoir plus, vous pouvez lire notre article sur les vérifications techniques du permis moto 2013.

3ème épreuve : Déplacement à allure réduite

L’épreuve de « déplacement à allure réduite » remplace l’ancienne épreuve « parcours lent » qui se ressemblent fortement.

L’exercice montre que le candidat doit savoir  :

  • s’arrêter et démarrer en tournant (nouveau)
  • maîtriser le gabarit de sa motocyclette
  • diriger sa vision et adopter une bonne position
  • manipuler avec aisance l’embrayage, l’accélérateur, le guidon et les freins (nouveau)
  • Conserver son aptitude avec un passager

L’épreuve à allure réduite introduit l’utilisation du patinage de l’embrayage conjointement à l’utilisation des freins, l’évolution sur le ralenti moteur n’est donc plus autorisée.

Une autre nouveauté est l’arrêt, forcément le redémarrage. à effectuer deux fois en tout sur le parcours. Un pendant le demi tour et le deuxième avant la porte d’évitement afin de prendre un passage et de continuer jusqu’à la fin de l’épreuve.

Ce parcours est estimé le plus difficile par les filles et les petits gabarits. Logique puisque il correspond aux pratiques réelles de la circulation urbaine.

Les parcours 1 et 2 restent les mêmes. Ils sont seulement miroirs et se différencient seulement par le sens du parcours(1 : demi-tour à droite et 2 : demi-tour à gauche). L’inspecteur n’est pas obligé mais peut utilisé un chronomètre, dans ce cas, il doit donner la valeur du temps à respecter au candidat. Vous avez maximum deux essais, alors si vous chutez dans le premier essai, vous ne redevrez absolument pas le refaire dans le deuxième !

L’épreuve de ce parcours est éliminatoire, notamment en cas de chute de la moto, d’obstacle ou porte non franchi, de sortie de terrain, d’erreur de parcours, ou d’exercice non réalisé.

Le parcours correctement réalisé donne la note A, une erreur (pied à terre, plot ou piquet déplacé) donne la note B.

Si vous faites deux erreurs ou bien une erreur de parcours ou une chute, vous êtes éliminé.

Une petite vidéo pour résumer tout ce qui vient d’être dit :

4eme épreuve : Maîtrise à allure plus élevé : Freinage et évitement

Avec l’arrivée du radar pour contrôler la vitesse de la moto, le candidat effectue les épreuves successivement de freinage et d’évitement.

L’objectif de ces deux exercices étant de s’assurer que l’élève peut freiner, éviter un obstacle, technique du contre braquage à 50 km/h.

  1. Départ, accélération, montée des 3 premiers rapports
  2. Demi-tour autour d’un plot central dans la limite des 6 mètres
  3. Retour en ligne droite, montée des 3 ou 4 premiers rapports
  4. Au bout de la ligne droite, vitesse minimale imposée d’au moins 50 km/h
  5. Freinage avec arrêt avant la ligne C5 (15,75 m) sur une piste sèche et C4 (19,65 m) sur une piste humide

5eme épreuve : Les parcours d’évitement

  1. Départ, accélération, monté jusqu’en 3eme
  2. Slalom en 3ème à une vitesse de 40/km minimum (mesurée au deuxième plot)
  3. demi-tour autour d’un plot central dans la limite des 6 mètres
  4. Retour en ligne droite en 3ème ou 4ème.
  5. Au bout de la ligne droite, mesurée grace à un radar, vitesse minimale obligatoire de 50km/h
  6. évitement à effectuer sur le 3ème rapport
  7. Freinage entre les 4 plots.

Le radar est la grande nouveauté, nous ne connaissons pas le modèle précis mais nous savons que le radar a une marge d’erreur de 5km/h et donc systématiquement ajouté.

Exemple : Mesure de la vitesse du radar : 46km/h + 5 = 51km/h.

A savoir : Si le radar est en panne avant ou pendant l’épreuve et donc ne peut pas être utilisé, l’examen ne peut pas se faire.

N’oubliez pas que cette épreuve vous élimine en cas de chute. Mais ne vous inquiétez pas, vous disposez de deux essais maximum pour réussir cette épreuve.

Parcours correctement réalisé : A

Parcours avec une erreur (pied à terre, plot ou piquet déplacé) : B

La note C vous élimine systématiquement.

Mis à jour le 13/07/2018