Le Magazine des passionnés de Voitures et de Motos
Le Magazine des passionnés de Voitures et de Motos

L’industrie de la vente de véhicules d’occasion : s’enrichir et aider le consommateur

Avec la fameuse crise économique qui semble être sur toutes les lèvres depuis déjà plusieurs années, il n’est pas toujours facile de débourser un gros montant d’argent pour faire l’acquisition d’un véhicule neuf.  La perspective de s’endetter en sachant pertinemment que le véhicule se dépréciera dans les années à venir est un peu douloureuse! Beaucoup de consommateurs se tournent alors vers les automobiles usagées comme celle ci-bas.

Voiture usagée

Une quantité assez impressionnante de réseaux de petites annonces est actuellement en place pour permettre aux acheteurs et aux vendeurs particuliers; toutefois, les concessionnaires ont encore la cote! Dans cette industrie assez méconnue, l’expertise du gestionnaire est primordiale pour le bon fonctionnement du commerce. Découvrons-là ensemble.

Le processus de l’entreprise : l’achat, la remise en état et la revente

Les concessionnaires qui veulent vous vendre une voiture usagée détiennent parfois en stock une quantité assez impressionnante de modèles. Comment font-ils pour tous les acquérir?

Tout d’abord, sachons que les véhicules peuvent provenir de plusieurs sources. Les concessionnaires s’approvisionnent notamment lors des enchères de voitures usagées, qui peuvent contenir des véhicules mis en fourrière ou repris lors d’une faillite. D’autres achèteront également des voitures des particuliers ou accepteront les échanges de modèles (tu achètes une Mazda chez moi, je te fais un crédit de 2000 euros et je reprends ta Toyota). Le véhicule doit toutefois être inspecté autant que possible AVANT l’achat ou l’échange!

Une fois les véhicules achetés, il faudra les remettre en état pour rassurer le consommateur final. C’est là que le tout peut vraiment faire mal : un concessionnaire qui découvrirait des vices graves sur son véhicule devrait fortement investir pour le réparer et serait incapable d’ajuster son profit en conséquence, sous peine de perdre le véhicule.

Enfin, la vente est l’étape qui peut sembler la plus simple à accomplir. C’est toutefois loin d’être le cas.

Les particularités de la vente de véhicules d’occasion

Il y a quelques trucs à prendre en considération lorsqu’on se lance dans la revente. Tout d’abord, l’objectif qu’un concessionnaire moyen choisit est celui de réussir à vendre sa voiture à l’intérieur de 30 jours. Il est effectivement beaucoup plus rentable de faire 1500$ de profit à chaque mois plutôt que de réaliser 3000$ à tous les trois mois! Comme les liquidités sont limitées, il faut donc vendre beaucoup et fréquemment.

Lorsqu’une voiture reste trop longtemps dans l’inventaire, ces marchands réduiront rapidement le prix afin de réussir à s’en débarrasser. En le diminuant de 200$ par mois, par exemple, la vente s’en verra accélérée et on pourra ensuite aller chercher un autre modèle plus intéressant, qui lui permettra une meilleure marge de profits.

Il faut donc connaître très bien le marché pour savoir quelle est la valeur moyenne de chaque type de véhicule et connaître également ce que votre marché cible achète (les gens de banlieue n’achèteront probablement pas la même chose que les gens de la ville, par exemple). Certains modèles sont également plus à risque de causer des ennuis lors de la remise en état, s’ils sont particulièrement âgés, alors des précautions doivent être prises.

En conclusion, malgré tous ces ennuis, de nombreux concessionnaires d’automobiles d’occasion existent et réussissent à être rentable! Une question demeure: est-il préférable pour un consommateur de traiter avec eux ou avec des particuliers pour acheter une voiture usagée? Le blogue Bon coin automobile couvrait le sujet récemment, jetez-y un coup d’oeil!

Mis à jour le 13/07/2018